Histoire du Maneki Neko

 

Qu’est-ce qu’un Maneki-Neko ?

Le Maneki-Neko (招き猫 en japonais) est une statuette traditionnelle représentant un chat porte-bonheur venant du Japon.

 

Un petit cours de langue ?

Au Japon :      

Maneki (招き) vient du verbe maneku (招く) et signifie « inviter, saluer ».

Neko (猫) signifie « chat ».

On peut donc traduire littéralement Maneki Neko par « chat qui invite ».

 

En Chine :      

En Chine, le Maneki Neko se dit zhao cai mao (招财猫).

Zhao signifie « chercher ».                             

Cai signifie « chance ».

Mao signifie « chat ».

Cela se rapproche donc du chat porte-bonheur.

 

Quelles sont ses caractéristiques ?

 

Les statuettes en chat sont en général fabriquées en porcelaine ou en céramique. Cependant, vous pourrez voir des Maneki Neko en plastique, en bois, en argile voire même faits en papier mâché.

Pour les Maneki Neko plus précieux, ils seront soit en or, soit en jade – le jade était considéré comme la pierre de l’Empereur et le symbole du pouvoir absolu.

Il peut être tricolore mais selon ce que l’on souhaite, il peut être en différentes couleurs. (Voir onglet Les Couleurs et leurs significations)

 

Il est représenté en position assise avec une patte levée, et parfois les deux peuvent bouger.

L’histoire de la patte est un détournement du mouvement que fait le chat lorsqu’il se nettoie les oreilles.

La patte gauche levée attirera les clients.

La patte droite levée attirera la fortune et la chance.

Avec les deux pattes levées, il protégera votre maison, vos affaires.

 

Le chat est le plus souvent incarné avec un collier rouge autour de son cou avec une clochette et une bavette décorative. Il pouvait aussi porter une pièce d’or (ou koban, 小判) pour apporter la fortune. Il s’agissait d’attributs que portaient les chats dans les milieux riches.

 

Toutefois, le mouvement des pattes du chat a une signification complètement différente dans les pays asiatiques et dans les pays occidentaux et en Amérique.

En effet, dans la culture occidentale les Maneki Neko semblent dire « au revoir ».

Ce contraste de signification est notamment dû à la différence entre les gestes utilisés dans la culture occidentale et en Extrême-Orient.

 

 

Où peut-on le mettre ?

 

Dans la tradition japonaise les Maneki Neko sont disposés sur les devantures des magasins, ou alors près des caisses ou dans des salons de pachinkos.

Un pachinko est le croisement entre une machine à sous et un flipper, et qui étaient, à la base, destinés aux enfants.

Dans les foyers, le Maneki Neko peut prendre différentes formes  tirelires, porte-clés, pendulaires, etc.

 

Quelles sont ses origines ?

 

Les origines du Maneki Neko restent incertaines, mais il serait apparu pendant l’ère Edo (1600 – 1868). A cette époque les chats étaient distribués dans les temples de la ville d’Osaka, ville située  à plusieurs centaines de kilomètres à l’ouest de Tokyo.

Edo est l’ancien nom de la ville de Tokyo.

Différentes histoires sont contées mais il n’existe pas de preuves matérielles pour chacune d’entre elles.

 

Les légendes sur le Maneki Neko

 

Légende n°1 :

Tout commença pendant l’ère Edo.

Alors que des samouraïs japonais et deux daimyō (大名), ou communément appelés empereurs, Oda Nobunaga* et Ii Naokata* passaient devant un temple, ils virent un chat assis sur le parvis d’un temple et qui semblait leur faire signe de venir. Intrigués par le chat, ils s’approchèrent de lui. Quelques secondes plus tard, la foudre tomba à l’endroit exact où ils se tenaient avant d’aller voir le chat. Ayant échappés à la foudre, les samouraïs et les deux empereurs y virent de la chance. Depuis, les chats sont considérés comme des esprits sages et porteurs de chance.

 

* Oda Nobunaga et Ii Naokata sont des noms traditionnels ce qui signifie que le nom de famille est placé avant le prénom.

 

Légende n°2 :

Pendant l’ère Edo (1600 – 1868), vivait un prêtre très pauvre, gardien d’un temple en bordure de Tokyo.

Ce prêtre étant généreux, il partageait sa nourriture avec son chat nommé Tama.

Lors d’un jour pluvieux et froid, voulant se préparer un thé pour se réchauffer, le prêtre remarqua avec désespoir qu’il n’avait plus de thé. Accablé de douleur il demanda de l’aide à son chat avant de s’endormir de fatigue. Le chat, perplexe, alla s’asseoir à l’entrée du temple et se mit à se nettoyer en se léchant et en passant ses pattes contre sa tête.

A ce moment-là, un homme riche voulait se protéger sous un arbre. Il vit alors le chat et cru, par le signe du chat, qu’il l’invitait à entrer dans le temple pour se mettre à l’abri. A peine était-il arrivé dans le temple que la foudre frappa l’arbre sous lequel il se trouvait. L’homme riche se dit que le chat lui avait sauvé la vie.

Puis remarquant dans quelles conditions vivaient le chat et le gardien du temple, il décida d’utiliser son argent et de jouer de son influence pour restaurer le temple et ainsi améliorer leurs conditions de vie. Grâce au chat, le temple fut sauvé et le gardien repris une vie heureuse et comblée.

Lorsque le chat mourut, une statue avec une patte levée fut édifiée à son effigie.

Les habitants de la région ayant eu bruit de cette histoire commencèrent à placer des figurines de chats dans leurs maisons et sur les devantures de leurs magasins.

Ils considèrent alors que les chats amenaient la richesse et la bonne fortune.

 

Légende n°3 :

Une légende raconte aussi qu’une vieille femme vivait à Imado.

Etant pauvre, elle dut vendre son chat pour vivre. Rapidement alors qu’elle dormait, son chat lui apparut en rêve. Il lui dit de fabriquer une statue en argile à son effigie.

Après avoir fait la statue, la vieille femme la vendit. Puis elle en fit d’autres et les vendit à la demande des habitants.

Et grâce à la popularité de ces statues, la vieille femme devint riche.

Les chats devinrent alors le symbole de la fortune.

 

 

Quelle influence a eu le Maneki Neko ?

 

Le Maneki Neko étant devenu très populaire au Japon, il y a eu diverses influences et dérivés du chat.

Le temple de Gōtoku-ji (豪徳寺, Setagaya, Tokyo) a décidé de dédier une partie de son temps au Maneki Neko.

Le Maneki Neko a aussi inspiré dans les années 1970 une styliste, Yuko Shimizu, qui a créé pour l’entreprise japonaise Sanrio un personnage fictif appelé Hello Kitty et dont tous les produits sont vendus tant au Etats-Unis qu’en Europe.

 

Et enfin, le Maneki Neko a été dérivé dans des mangas, comme Nyan koi! de Sato Fujiwara ou des animes, tels que Samouraï Pizza Cats.

 

Cliquer ici pour trouver toutes nos nouveautés et découvrir notre page d'accueil.